Menu
Espace Membres -->K
P

LA PSYCHOGENEALOGIE ET PSYCHOBIOLOGIE


La psychogénéalogie est une théorie développée dans les années 1970 par le Pr Anne Ancelin Schützenberger (Université de Nice) selon laquelle les événements, traumatismes, secrets, conflits vécus par les ascendants d'un sujet conditionneraient ses troubles psychologiques, ses maladies, et ses comportements étranges ou inexplicables.
 
Pour élaborer cette théorie Anne Ancelin Schützenberger s'est fondée sur ses propres observations, et sur des concepts issus de la psychanalyse, de la psychologie, de la psychothérapie et de la systémique.
 
Le terme « généalogie » connu de chacun,  désigne communément l’histoire d’une personne de date à date, c’est-à-dire de sa naissance à sa mort, ainsi que l’histoire des autres personnes de sa famille, ou de ses ancêtres. Toute personne intéressée a ainsi la possibilité de retrouver tout ou partie de sa propre histoire à un moment de son choix dans sa vie, ceci constitue la première étape.
 
La deuxième étape est la« psychogénéalogie » qui consiste à rapprocher de cette histoire les éléments émotionnels rencontrés au cours d’une vie par ces mêmes ancêtres, ou par la personne elle-même, parmi lesquels il est possible  de citer : les deuils non assumés, par exemple la mort d’un enfant ou d’une personne très chère, les différents traumatismes générés par des évènements collectifs comme les guerres, les secrets de famille, les non-dits,et tous les troubles ou traumatismes induits par des chocs émotionnels violents.


La « psychobiologie » est la troisième étape, celle au cours de laquelle ces différents traumatismes s’inscrivent dans le corps, et commencent à se faire sentir par des petites gènes, ou douleurs, ou mal-être, selon que les états émotionnels sont pris en compte ou non, par la personne considérée qui souhaite se sentir mieux dans sa tête ou dans son corps.
 
Ensuite s’installe la maladie plus ou moins conséquente, résultat de ces états non pris en compte et ce depuis plusieurs générations, ce qui constitue l’étude transgénérationnelle, et s’installe sous forme de « mémoires » à différents endroits du corps, selon la nature des chocs émotionnels non traités.

 

  • Il est précisé qu’aucunes techniques relatives à l’hypnose ne sont utilisées dans le cadre de tout ce qui est évoqué dans ces textes.

Plume d'Or  ©copyright