Menu
Espace Membres -->K
P

ILS SONT TOUJOURS VIVANTS

Je n’ai qu’une certitude :

Ceux que j’ai aimés, ma famille, mes camarades, mes enfants, demeurent vivants en moi.

Ils guident encore mes pas.

 

Leur être fidèle, ce n’est pas s’enfermer dans la douleur.

Il faut continuer de creuser le sillon : droit et profond. Comme ils l’auraient fait eux-mêmes.

Comme on l’aurait fait avec eux, pour eux. Être fidèle à ceux qui sont morts,

C’est vivre comme ils auraient vécu, c’est les faire vivre en nous,

C’est transmettre leur visage, leur voix, leur message aux autres.

Ainsi, la vie des disparus germe sans fin.

Je ne sais pas si je dois me dire croyant. Je ne puis dire : je crois en Dieu.

Je ne puis dire non plus : je crois….

Ce que je sais seulement, c’est que la mort ne détruit pas l’amour que l’on portait à ceux qui ne sont plus….

Je le sais parce que tous les jours je vis avec les miens…

Ce que je sais aussi, c’est que la vie doit avoir un sens.

 

Ce que je sais encore, c’est que l’amour est la clé de l’existence.

 

Ce que je sais enfin, c’est que l’amour, le bien, la fidélité et l’espoir triomphent finalement toujours du mal, de la mort et de la barbarie.

Tout cela, je le sais, je le crois… Dieu est-il au creux de ces certitudes ?

Je ne sais pas… Je cherche…

 

Martin GRAY